Free delivery on orders over 150.00 € Excluding taxes.

Une Terre et des hommes

La définition de Terroir paraît souvent floue (notion peu traduite dans les autres langues européennes). C'est un terme employé à tout va sur les étiquettes et sur les supports de communication car il est souvent associé à un produit de qualité. Pour nous, cette notion de Terroir peut se définir par le potentiel d'une terre longuement exploitée par des hommes. Un savant mélange entre sol, climat, tradition et personnalité.

Le Domaine Le Pas de la Dame met en évidence deux Terroirs bien distincts sur l'exploitation. Deux Terroirs actuellement mis en évidence par deux vignerons.

Les vignerons

Matthieu Baillette

Après un BTS Viticulture-Œnologie et une Licence en commerce des vins à Montpellier Supagro, l'envie de reprendre l’exploitation familiale tenue par sa mère se fit ressentir en 2012. De par son goût immodéré pour le travail de la terre, son attachement à l’exploitation familiale et au cadre de vie qu’elle lui procure, Matthieu a toujours fait le choix de poursuivre son chemin au travers de sa passion : le vin. Après plusieurs stages dans le monde viticole et l'élaboration d'un projet commun et mûrement réfléchi, il fut logique pour Matthieu de poursuivre l’aventure avec son « beau » frère et ami, Franck.

Franck Roger

Après des études en aéronautique et un travail d'ingénieur a Toulouse, Franck ne se voit pas finir sa vie dans des bureaux. Volontaire, courageux et après avoir bien mûri le projet, un changement de parcours s'impose. Ayant vécu dans une famille de vignerons et rêvant d'un retour a la terre, il reprend les études au CFPPA de Carcassonne pour pouvoir s'installer un an plus tard. Ce changement de carrière se révélera être un épanouissement professionnel et personnel.

Complémentaires, une drôle d'alchimie va se créer entre les deux compères. Liés par des valeurs communes, Franck et Matthieu reprennent l’exploitation familiale dans une optique de valoriser et vendre leurs vins en bouteilles tout en respectant l’intégrité du Domaine.

Les Terroirs

Terroir de Brens

Le Terroir de "Brens" est le groupe de parcelles le plus haut du Domaine et de la Malepère en général, avec une altitude de 300 à 350 mètres. Nous sommes sur un Terroir à maturité tardive, généralement quinze jours de plus par rapport au Terroir de plaine. D'un ensemble de 10 hectares, cet îlot ne se compose que de coteaux difficiles à travailler. C'est dans cet ensemble que les cépages océaniques sont les mieux mis en valeur : ici, Merlot et Cabernet franc se côtoient. L'intégration de ce vignoble dans un ensemble de 90 hectares de prairies, jachères et forêts ainsi que son éloignement d'autres parcelles de vignes le préserve de certaines maladies et lui procure une biodiversité importante.

Terroir de la Tuilerie

Plus étendu que le Terroir de Brens et d'altitude plus basse (250 à 270 mètres), le Terroir de la Tuilerie est un ensemble de parcelles aux cépages aquitains, occitans et bourguignons. Ce Terroir se situe sur les bas coteaux du massif. Se mélangent à travers les différentes altitudes et les différents coteaux Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Pinot, Chardonnay, Grenache et Syrah. Sur le bas du Terroir de la Tuilerie, on trouvera les parcelles de Syrah et Chardonnay ; en montant sur les coteaux exposés sud/sud-est, on trouvera le Pinot, le Malbec, les Merlots et les Cabernets. L'emplacement des parcelles a mûrement été réfléchi et représente un choix crucial pour la typicité des futurs produits. Tout comme le Terroir de Brens, cet ensemble de parcelles est également à l'écart des autres vignobles et est riche d'une grande biodiversité.

Et pour les curieux...

L’origine étymologique du mot Malepère vient de « male peyre », mauvaise pierre en occitan, la seule pierre à bâtir que l’on y trouve étant le grès, matériau friable… Pourtant, il aurait été utilisé pour l’édification de la Cité de Carcassonne et la Collégiale de Montréal !

Petite région naturelle de 50 000 hectares en forme de cône aplati, le massif de la Malepère s’inscrit dans le triangle Castelnaudary-Carcassonne-Limoux et culmine à 442m (mont Naut). Il est né à l’ère tertiaire (Eocène) de l’échelle géologique. Il doit son origine à l’émergence du massif des Corbières, lui-même lié au soulèvement pyrénéen. La nature de son sol fait penser au système molassique Aquitain. Ces molasses sont constituées d’argiles, de sables prenant souvent l’aspect de grés tendres. Des bancs calcaires ou marneux sont parfois intercalés dans ces sédiments.

Le caractère original des molasses de la Malepère est lié à l’existence de « poudingues de Palassou » composés par un fort pourcentage de galets de 2 à 10 centimètres de diamètre unis par un ciment gréseux plus ou moins calcaire. Ses galets tiennent leur origine de la chaîne pyrénéenne lorsqu’elle était en pleine surrection. L’hétérogénéité lithologique de cette molasse se traduit par des résistances différentes à l’érosion. Celle-ci a mis en relief les faciès les plus durs ; ils apparaissent sous forme de véritables buttes qui portent le nom de pechs. De même la présence de grés et de poudingues dans le massif explique sa faible résistance à l’érosion et sa forme générale en cône très aplati.

Quant au climat, on le qualifie de climat de transition entre les climats méditerranéen et océanique. En effet, passé le fleuve Aude, au fur et à mesure que l’on progresse vers l’ouest, on s’éloigne de la région méditerranéenne pour arriver dans des climats qui ne sont plus des climats méditerranéens typiques mais où les influences océaniques commencent à se faire sentir.

Ce qui traduit le mieux la singularité de ce massif et constitue son originalité, c’est l’extrême hétérogénéité de la flore présente. Les formations végétales sont caractérisées par un fond de végétation subméditerranéenne (série du chêne pubescent). Mais l’ensemble est aussi nuancé par quatre tendances plus ou moins affirmées : méditerranéenne (série du chêne vert et faciès à pin d’Alep), atlantique (série du chêne pédonculé), montagnarde (série du hêtre) et médio-européenne (série du chêne sessile).

Enfin concernant la faune, le massif est classé en zone Natura 2000 (programme européen de conservation de la nature) pour trois espèces de chauves-souris : le grand rhinolophe, le petit rhinolophe et le murin à oreilles échancrées. On trouve aussi des oiseaux (rapaces, passereaux), des amphibiens (rainettes méridionales, crapauds à couteaux) et enfin des sangliers, des chevreuils, des lièvres et des lapins qui sont eux moins protégés et font le bonheur des chasseurs…